top of page
Rechercher
  • Artémis-Sport

À Brest, un an ferme pour harcèlement sexuel à un professeur de judo

Un article publié dans Le Télégramme par la rédaction, le 5 mai 2022 (source)


Un professeur de judo brestois a été condamné à un an de prison ferme, jeudi 5 mai, par le tribunal judiciaire de Brest, pour des faits de harcèlement sexuel et tentative d’agression sexuelle.


Sous les chefs de harcèlement sexuel et de tentative d’agression sexuelle commis à Brest de janvier 2015 à mars 2018, un homme de 74 ans était jugé, ce jeudi 5 mai, par le tribunal judiciaire de Brest. Professeur de judo renommé dans cette ville, ce dernier a contesté pendant près de quatre heures les reproches de cinq de ses jeunes apprenties.

« Il me voyait comme un objet sexuel »

« Tout est faux ! », répète à l’envi, pendant l’audience, le septuagénaire qui n’hésite pas à pointer « les adolescentes qui allument le professeur ». Reste qu’au-delà des plaignantes, d’autres élèves dénoncent sans concertation les mêmes faits : mains de leur entraîneur sur les fesses ou les hanches et autres attouchements… Voire une tentative d’agression sexuelle. Toutes dénoncent des propos déplacés comme la question « Quand tu fais l’amour avec ton copain, c’est bien ? » et des SMS équivoques « Je t’aime, je t’adore ». À la barre, une d’entre elles précise qu’« en grandissant, je sentais son regard changer sur moi, il me voyait comme un objet sexuel ». Une autre déplore que « la tape sur les fesses devienne vite du tripotage intime ». De concert, les jeunes sportives décrivent son modus operandi. « Il en profite, sur le ton de l’humour, pour nous toucher ». Le prévenu, qui nie en bloc, se contente de rétorquer : « Il y a toucher et toucher ».

« La parole se libère dans le monde du sport »

Cette contestation obstinée n’étonne guère le psychiatre qui retient que « s’il campe ainsi sur sa position, c’est qu’il s’estime victime d’une machination ». Les avocats des parties civiles s’emploient dès lors à démontrer le contraire, leurs clientes n’ayant aucunement ourdi un complot à son encontre. « La parole se libère dans le monde du sport », insistent-ils, regrettant néanmoins « le silence de la fédération du judo ». Le représentant du parquet prolonge aussitôt leurs propos pour rappeler que « le milieu du sport oblige pourtant une figure tutélaire qui donne l’exemple ». À l’endroit de celui qui a « perdu tout sens des convenances », le procureur requiert dix-huit mois d’emprisonnement assortis d’un sursis simple. Au terme de la plaidoirie de la défense qui soutient la thèse du complot, la juridiction condamne Jean-Claude Le Bihan à une peine de deux ans de prison, dont un avec sursis. Une interdiction de toute activité en contact avec les mineurs lui est également infligée.



756 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


Post: Blog2_Post
bottom of page